“…even the laziest, most deathly afraid part of you” … Je trouve dans un poème de David Whyte (1) cette association d’idées entre la paresse et la peur mortelle (les deux notions sont séparées par une virgule, comme des jumelles, il ne dit pas « the laziest or the most deadly afraid », ou « the laziest and the most deadly afraid », mais bien « the laziest, most deadly afraid », comme si la peur mortelle accompagnait nécessairement la paresse.) Création,...

by pcharneau on 21 mai 2013

J’ai découvert récemment dans le dernier ouvrage d’Amin Maalouf (1) la notion de ‘blind spot’ dans le sens d’un « aspect de la réalité (…) tout simplement inconcevable, invisible pour les hommes ». L’auteur (par le truchement de l’un de ses personnages) donne pour exemple la Déclaration des droits de l’homme au lendemain de la révolution : Les femmes ne semblent « pas incluses dans cette affirmation d’égalité devant la loi, mais on ne peut pas en conclure qu’on...

by pcharneau on 18 mars 2013

Pour libérer votre créativité, il vous faudra faire l’exercice de changer de perspective, et de vous placer ainsi dans un univers entièrement différent, d’où votre point de vue nouveau vous ouvrira des possibilités que vous ne soupçonniez pas. Vous avez parfois l’impression de faire face à une situation entièrement bloquée, sans issue, et vous êtes alors pris d’un sentiment d’impuissance? Vous allez agiter des idées, bricoler des solutions, mais qui vous sembleront toujours...

by pcharneau on 9 février 2013

Voilà la question qui m’est le plus souvent posée. Je vais y répondre à ma façon, vous trouverez une quantité de définitions qui reflèteront la sensibilité et les méthodes de leurs auteurs. Le coaching est avant tout une relation entre un client et son coach. Relation unique, parce qu’une des rares absolument désintéressée dans la vie du client. Le coach n’est à aucun moment partie prenante, et n’a aucun intérêt à ce que son client adopte une décision ou un comportement...

by pcharneau on 14 décembre 2012

Les gens sont souvent surpris que je puisse aborder tous les sujets avec mes clients. Ce qu’il est important de comprendre, c’est que je ne coache pas un problème, mais une personne. Qui arrive dans mon bureau avec son lot de doute, d’espérance, de créativité, d’énergie et souvent de peur. C’est le client qui sait de quoi il a besoin et quand il en a besoin, c’est lui qui choisit le sujet que l’on va traiter lors de chaque séance. Ce ne sera pas nécessairement dans la continuité...

by pcharneau on 14 décembre 2012