pcharneau

This user hasn't shared any profile information

Voilà que le printemps s’installe et que fleurissent, dans toute la presse, les fameux conseils minceur, vantant la nouvelle diète et les crèmes de l’année. Même les plus rationnel(le)s d’entre nous essaient encore une fois d’y croire, tentant pour la vingtième, trentième, quarantième fois ? de s’affamer en faisant semblant d’aimer ça, de ne manger que du vert ou que du rouge ou que du liquide, jetant pour quelques semaines aux orties toute sorte de bon sens, et surtout toute...

by pcharneau on 9 avril 2015

J’aime vous parler du printemps, et voilà la troisième fois qu’il revient depuis que j’ai ouvert ce blog. Ce dimanche où Paris s’est réveillé de sa torpeur, où la vie a semblé une fois encore dire qu’elle reprenait ses droits, où soudain quelque chose s’est mis à pétiller en chacun de nous, où nos corps sont redevenus nos amis, où nous avons à nouveau eu envie de courir, de chanter, de rire, ce dimanche était follement semblable à bien d’autres qui m’ont ravie, chacun...

by pcharneau on 16 mars 2015

C’est l’Express (du 18 février) qui en parle, et vous trouverez que j’y livre une des clefs du bon équilibre: Tirer parti de ses échecs. Rendez-vous page 45 ou cliquez sur l’image. ...

by pcharneau on 19 février 2015

J’ai eu des relations très variables avec la photo. Enfant, j’avais reçu un petit « Kodak Instamatic » qui me permettait surtout de jouer à la grande. J’ai du alors photographier plus de ruines romaines en quelques mois qu’ensuite tout le reste de ma vie. Je me rêvais en adulte “cultivé”  qui rapportait des photos fascinantes de ses voyages au long cours, même si pour moi le voyage n’était que d’une heure et que je n’avais personne à qui montrer les...

by pcharneau on 9 février 2015

Vous souvenez-vous du moment précis où vous avez compris que vous alliez mourir un jour ? Je veux dire compris dans votre chair, pas dans votre esprit. Le jour où l’effroi vous a saisi, où vous avez senti la glace s’emparer de vous, ou votre corps a su qu’il n’était pas là pour toujours ? Moi oui. Je tenais dans mes bras ma fille aînée, âgée de seulement quelques jours. Si petite, si frêle, si totalement dépendante de mes soins. Et j’ai réalisé qu’un jour, elle serait...

by pcharneau on 29 janvier 2015

  Trouvé cette vignette ce matin à l’allumage de mon téléphone. Ça tombait bien, je chialais. Et j’en ai entendu d’autres, ensuite, à la radio, chialer. Des grands, des forts. C’était la première fois que j’entendais, que je recevais tant d’émotion, de peine, à travers un media.  Depuis hier dans ma poitrine, dans mon ventre, une masse sombre et glauque, mouvante, oppressante, me parle du courage que je n’ai pas, de peine infinie, de traumatisme individuel – perdre...

by pcharneau on 8 janvier 2015

Pour ce passage de 2014 à 2015, je ne vous propose ni bilan ni liste de bonnes résolutions. Parce que je vous imagine en mouvement, riche de cette énergie qui prend sa source au creux de l’hiver, avide de courir vers le printemps et la lumière, et que je ne voudrais surtout pas interrompre cet élan pour vous forcer à contempler le passé ou échafauder des projets d’avenir. Car dans les deux cas, vous voilà à l’arrêt, extrait de votre vie, la scrutant de la oin pour la juger, déposant...

by pcharneau on 2 janvier 2015

Je vous ai déjà parlé de la légèreté du printemps (https://paulinecharneau.com/a-tribute-to-ella-f)/, de l’intensité de l’été (https://paulinecharneau.com/belle-ete-a-tous/), de l’énergie de l’automne (https://paulinecharneau.com/quand-je-serai-grande/) mais jamais encore de la tendre promesse de l’hiver. Comme une promesse  Le voici apparaissant à pas de loup, hésitant, inquiet. La tour Eiffel a la tête dans la brume certaines nuits et renaît dans son entière splendeur au...

by pcharneau on 10 décembre 2014

Nous discutions récemment, entre mamans parfois soucieuses, des profils psychologiques et affectifs de nos enfants, chacune ne pouvant s’empêcher de s’inquiéter de tel ou tel trait de caractère de l’un ou l’autre de ses enfants. Je leur faisais remarquer que plus l’enfant (quel que soit son âge) semble insouciant, gai, peu touché par les gronderies ou les punitions, indemne de stress scolaire, plus les parents s’inquiètent pour lui. Plutôt que de se réjouir d’une nature...

by pcharneau on 3 décembre 2014