Voyez cette photo d’un homme (ou d’une femme ?) déguisé en panda, cette délicatesse dans le geste, cette abnégation pour ne pas effrayer le petit dont il prend soin et le laisser baigner dans son milieu animal, loin des humains qui le privent – involontairement – de son autonomie. La photo m’a d’abord amusée, vaguement émue. Puis j’ai ressenti la bonté et le dévouement de cet homme prêt à effacer, autant que possible, toute trace d’humanité en lui, pour sauver le monde...

by pcharneau on octobre 16, 2015

Lundi matin gris. Me voilà à tourner autour de bien des sujets possibles, dont j’aimerais vous entretenir. Mais mon esprit volette, refuse de se fixer, mon saboteur malmené ces derniers jours doit chercher à se refaire un peu de place. Mes mains peinent sur le clavier. Je lis autant que j’écris, mais même les « grands auteurs » m’ennuient ce matin. Je tente les pères, le doute, la vérité. Rien n’accroche. Alors je me dis qu’il y a peut-être quelque chose d’intéressant là....

by pcharneau on octobre 5, 2015

La rentrée est parfois pesante, temps où réapparaissent les contraintes, les difficultés, mais aussi une routine dont vous êtes lassés ou ces occupations machinales parfois stériles. Bien sûr, il est toujours possible, à tous les moments de sa vie, d’entamer une démarche pour transformer ce qui doit l’être (avec un coach par exemple). Mais en attendant, ou en même temps, je vous propose quelque chose de très simple mais de trop négligé : ajouter du plaisir. Le plaisir a une connotation...

by pcharneau on septembre 22, 2015

Quelqu’un m’envoie, complétant mon dernier article Une rentrée en beauté :  « Toutes les sortes de beauté n’inspirent pas l’amour ; certaines réjouissent juste la vue,  mais ne font pas naître de sentiments ». Hors contexte et d’un auteur non révélé, cette phrase m’inspire d’abord un « heureusement, ce serait ingérable ». Et sans doute parce qu’il fait finalement beau ce matin et que je viens de retrouver mon Mac que je pensais perdu à jamais, je me sens l’esprit...

by pcharneau on septembre 15, 2015

J’étais récemment, pour la centième fois, penchée sur mes roses chéries, tentant de les délivrer des mauvaises herbes encore étonnamment prospères par ce mois d’aout brûlant – je suis tentée de vous parler de mon affection pour ces fleurs merveilleuses, se tordant pour échapper à la fournaise, livrant coûte que coûte la fraîcheur d’un pétale écarlate ourlé de blanc, tendant leurs bourgeons triomphants comme un cadeau à l’amie ingrate que je suis, qui les avait délaissées...

by pcharneau on septembre 3, 2015

On n’a que ce qu’on mérite. J’ai encore entendu cette maxime récemment, et l’ai trouvée assez sotte. Puis je me suis demandée si je l’entendais comme il fallait. S’il s’agit du mérite né du labeur, de l’effort, des difficultés surmontées, du courage, je ne suis pas sûre qu’il soit directement corrélé à l’avoir. Mais « avoir » quoi ? Personnellement, je ne possède rien, je dois donc être une femme de peu de mérite. A moins qu’il ne s’agisse « d’avoir »...

by pcharneau on juillet 5, 2015

Les médecins chinois font siéger la colère dans la rate, mais avant d’aller s’y déposer en strates successives et potentiellement épaisses, elle va d’abord tourbillonner comme un coup de vent malin, arracher de la matière et secouer notre corps sauvagement. Puis, une fois l’orage passé, une poussière de débris recouvrira le terrain. Et le terrain peut ainsi se trouver par endroit entièrement enfoui sous une colère ancienne, usée, discrète mais omniprésente, cachant les jeunes...

by pcharneau on juin 26, 2015

Ceux qui ont lu mon livre[1] le savent, je crois à la méditation pour agrandir la vie (voir p.247 à 261). Mais comme nous ne sommes pas tous Matthieu Ricard et que nous dédions déjà beaucoup de volonté et d’énergie à mener nos vies, il est possible, sans renoncer à cette hygiène mentale, de parfois la remplacer par des moments brefs de concentration absolue, qui ont pour effet immédiat de faire baisser le stress et sans doute avec lui toutes ses manifestations si néfastes à notre...

by pcharneau on juin 9, 2015

Parce que nous passons une grande partie de notre vie à prévoir – le temps, la courbe du chômage, un futur métier, la retraite … – et que nous nous trompons beaucoup, parce qu’il y a autant d’avenirs que de personnes qui l’imaginent, et donc autant de prévisions erronées, parce que vivre au présent semble plus épanouissant, voyons donc à quoi sert l’avenir: http://www.huffingtonpost.fr/pauline-charneau/se-projeter-dans-lavenir_b_7467558.html ...

by pcharneau on juin 2, 2015

Arrêtée ce matin au feu rouge d’une rue commerçante, avant l’ouverture des boutiques, alors que je laissais flotter mon regard encore un peu humide des brumes de la nuit, ma rêverie en cours fut soudain traversée d’un éclair de joie, sans que j’en saisisse tout de suite la raison. Alerté par cette sensation fort agréable, mon cerveau conscient reprit la main et m’enjoignit de fixer mon regard, tendre mon oreille et ramasser mes muscles pour identifier la source de ce sourire intérieur. La...

by pcharneau on mai 7, 2015